FASHION MIX : Mode & Immigration

Fashion Mix, une expo où Mode et Immigration sont intimement liées et qui retrace les parcours de ces créateurs qui ont fait de Paris la capitale mondiale de la Mode, sans pour autant en oublier les « petites mains ». En effet, on y découvre ou redécouvre le talent de Kenzo, Azzedine Alaia, Cristobal Balenciaga, Elsa Schiaparelli….mais aussi de plus de 200 autres créateurs tous aussi bourrés de talent. A l’heure où les débats sur la diversité ne cessent de se multiplier, l’expo Fashion Mix nous démontre que cette diversité est une vraie richesse dont le milieu de la Mode a su en tirer profit !

L’expo est divisée en 2 parties : milieu du XIXe siècle jusqu’aux années 60 puis de la fin des années 70 à aujourd’hui.

WORTH et l’Ecole Britannique

Charles Frederick Worth invente l’industrie et l’art de la Haute Couture.

  • Il a inventé le principe saisonnier des collections ainsi que les défilés.
  • D’abord apprenti dans les draperies et les soieries, il s’installe à Paris en 1845.
  • Il ouvre sa propre maison de couture en 1858 et propose déjà des robes portées par des mannequins vivants.
  • Son style ? exubérant , une touche que l’on retrouvera chez Vivienne Westwood , John Galliano ou  encore Alexander McQueen.

    Vivienne Westwood Robe Fragonard-1991

L’évolution des FORMES au XXe siècle

Certains couturiers et créateurs sont en quête de textiles particuliers et de techniques plus innovantes. Une innovation « textile » qui devient une priorité pour certains.

  • Mariano FORTUNY peintre, sculpteur, photographe, graveur…expérimente tissus et toiles à Venise mais fait breveter ses inventions à Paris. Sa signature ? la robe Delphos.
  • Le prince et la princesse YOUSSOUPOFF fuient la révolution russe et arrivent à Paris en 1919. Bénéficiant du statut de réfugiés russes, ils ouvrent leur Maison de couture IRFE en 1924, leur spécialité ? la broderie.

Les créateurs ITALIENS

Chapeau Chaussure par Elsa Schiaparelli

Il y a d’abord Elsa SCHIAPARELLI, celle pour qui « le dessin de robe n’était pas une profession mais un art. » Naturalisée en 1931, cette italienne incarne l’exubérance.

  • Coco Chanel disait d’elle « cette artiste qui fait des robes ».
  • Elle imagine des sweaters en trompe l’œil.
  • En 1927, elle ouvre alors un atelier de confection « pour le sport » rue de la paix et sera naturalisée en 1931.
  • Elle installe sa maison de couture place Vendôme en 1935.
  • Elle côtoie Picasso, Cocteau …Dali.
  • Elle considérait Paris comme « sa terre d’adoption qui lui avait fourni les moyens et le pouvoir de réussir « .
  • Autres créateurs italiens: Popy Moreni et ses costumes de clowns, Riccardo Tisci ou encore Maria Grazia Chiuri.

BALENCIAGA et L’école ESPAGNOLE

Cristobal Balenciaga, considéré comme « notre maître à tous » par Christian Dior ,est né d’un père pêcheur et d’une mère couturière.

Cristobal Balenciaga- robe et cape-1962
Cristobal Balenciaga- robe et cape-1962

 

  • Il fuit la guerre civile espagnole en 1936 et pose ses bagages à l’Elysée Hôtel.
  • Il imagine sa première collection pour l’hiver 1937 qui fût un véritable succès.
  • Castillo (à la tête des collections de la maison Lanvin de 1950 à 1963) et Paco Rabanne quittent également leur pays pour des raisons politiques.
  • Sybilla a ,quant à elle,  travaillé chez Yves Saint Laurent au début des années 80.

 

 

 

Antonio Del Castillo

Haute Couture COSMOPOLITE des années 50

  • Robert Piguet, suisse, était à l’origine des dessins de Dior, Castillo ou même Givenchy.
  • Jean Dessès, grec, formé aux côtés de Madeleine Vionnet créait des drapés minutieux.
  • N’oublions pas Charles Montaigne, hollandais ou encore Ara, d’origine roumaine.
  • Catherine de Karolyi fuit la Hongrie en 1947. Employée par Robert Piguet, elle est engagée en 1967 par la maison Hermès. Elle imagina la fameuse « bouche H ».

 

Les créateurs JAPONAIS

Vivement critiqués par la presse, Issey Miyake, Rei Kawakubo et Yohji Yamamoto vont pourtant révolutionner le monde de la Mode. On retrouve dans leurs créations de l’asymétrie, du noir mais la presse, très virulente, parle  de « haillons », de « misérabilisme ». Pourtant cette même presse les qualifiera ensuite de maîtres absolus d’une « couture nouvelle ».

 Yohji Yamamoto 2014
Yohji Yamamoto 2014
  • Issey Miyake , originaire d’Hiroshima, a travaillé pour les maisons Guy Laroche et Givenchy.
  • Il décide assez tôt de présenter ses collections sous forme d’expositions telles que « Issey Miyakey Spectacle Bodyworks » en 1983 à San Fransisco.

 

 

 

 

 

Les talents BELGES

Martin Margiela- ensemble body et jupe- 1990

Les « Six d’Anvers » : Ann Demeulemeester, Walter van Beirendonck, Dirck Van Saene, Dirk Bikkembergs, Marina Yee, Dries Van Noten présentent ensemble leurs collections au début des années 80 : féminité sombre, matières fluides, inspiration rock… S’ajoute alors au groupe le « +1″ Martin Margiela qui inaugure sa maison à Paris en 1989. Incontestablement l’école belge est avant tout un laboratoire d’apprentissage. D’autres comme Raf Simmons, Véronique Branquinho ou Olivier Theyskens continueront dans cette lignée d’artistes.

  • En 1984, Martin MARGIELA fût l’assistant de Jean-Paul GAULTIER.
  • En 1988 il inaugure sa maison sur le boulevard Saint-Denis puis au faubourg Poissonière, lieux inhabituels de la mode.
  • Il a remplacé le logo par l’étiquette blanche au dos des vêtements.
  • Il n’apparait jamais dans la presse.

Autres INFLUENCES

Les Années 1990- 2000 sont synonymes d « accélérations culturelles « , les échanges mondiaux se multiplient et très vite les créateurs de toutes origines arrivent dans la capitale pour présenter leurs idées. A l’instar des défilés de prêt à porter féminin printemps-août 2014 où sur 164 créateurs, 114 étaient d’origine étrangère. Certains s’installent dans la capitale comme le britannique Rick Owens qui ouvre sa maison en 2003, d’autres y présentent juste leurs collections comme Haider Ackermann ou Iris Van Herpen.

Il y a aussi ceux qui sont à la tête des directions artistiques des plus prestigieuses maisons françaises.

  • Karl lagerfeld,  pour CHANEL
  • Marc Jacobs pour LOUIS VUITTON
  • Alber Elbaz pour LANVIN

Azzedine ALAIA, étudiant des beaux-arts de Tunis, arrive à Paris en 1956. Il y ouvre son atelier en 1964.

Il maîtrise parfaitement la coupe comme Madeleine Vionnet ou Balenciaga.

  • Il répond souvent que la plus belle décoration qu’il ait reçue est sa carte de naturalisation française.

Vous l’aurez compris, cette exposition est un véritable voyage historique et esthétique qui permet de comprendre la Mode d’ici à travers l’histoire de ces créateurs d’ailleurs.

Dans le prolongement de l’exposition….

Profitez-en pour découvrir l’ensemble le Musée de l’Immigration. Ouvert en 2007, il permet de « faire connaître et reconnaitre le rôle de l’immigration dans la construction de la France ». Riche en documentation, photos, témoignages, œuvres, musique…..ce Musée offre 1100m2 d’Histoire datant du 19ème siècle à nos jours.

L’expo permanente intitulée « REPÈRES » est un parcours thématique scindé en 9 parties : EMIGRER, LIEUX DE VIE, TRAVAIL, TERRE D’ACCUEIL , FRANCE HOSTILE , DIVERSITÉ…. et offre une véritable interactivité .

P.S: le Musée permet d’offrir un objet, une photo lié à l’histoire de sa famille accompagné d’un témoignage. Ces dons sont alors exposés dans un espace de 450 m2. Cela permet alors de visiter une galerie riche et variée.

 

FASHION MIX

Le Musée de l’Immigration

Jusqu’au 31 mai 2015

Tarif unique : 6 euros

Horaires d’ouverture : du mardi au vendredi de 10h à 17h30.

Samedi et dimanche de 10h à 19h.

Tél :01 53 59 64 30



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *